Statistique policière de la criminalité 2018

“Office fédéral de la statistique, Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP). 2019. Statistique policière de la criminalité (SPC)-Rapport annuel 2018. Neuchâtel.

Depuis 2009, la statistique policière de la criminalité recense les infractions connues de la police et mentionne la relation entre l’auteur et la victime des violences. Les cas de violence domestique peuvent ainsi être évalués spécifiquement. La SPC entend par violence domestique « l’exercice ou la menace d’une violence dans un couple ayant une relation actuelle ou passée, qu’il soit marié ou non, entre parent et enfant ou entre personnes ayant d’autres liens de parenté. »

  • En 2018, on a recensé 18 522 infractions attribuées à la violence domestique. Cela représente 38 % des infractions relevantes en matière de violence domestique.
  • Dans 47,8 % des cas, il y avait une relation de couple entre la personne victime et la personne suspectée ; dans 25,7 %, il s’agissait d’un ancien partenariat.
  • 16,5 % de cas de violence de parents envers leurs enfants ou d’enfants envers leurs parents ont été dénoncés.
  • Les infractions les plus fréquentes sont les voies de fait (5724) les menaces (4122), les injures (3265) et les lésions corporelles simples (2122).
  • Les infractions fréquentes en relation avec un cas de harcèlement sont les injures (3265) et les utilisations abusives d’une installation de télécommunication (604).
  • On recense également des délits plus graves comme les contraintes (778), les séquestrations et les enlèvements (128), les mises en danger de la vie (113), ainsi que les lésions corporelles graves (84). On relève en outre le nombre d’homicides (27) et de tentatives d’homicide (52).
  • Dans le domaine des délits sexuels en relation avec la violence domestique, il existe 393 violences sexuelles avec des enfants, 246 de viols et 193 d’abus sexuels.

 http://Source: Office fédéral de la statistique mars 2018

 

La Campagne Ruban-Blanc.ch  est fortement préoccupée par les nouvelles statistiques qui montrent que la violence domestique est à nouveau en hausse depuis 2017.  Cela peut s’expliquer en partie par la volonté des femmes de dénoncer de plus en plus les violences domestiques dont elles sont victimes depuis la campagne de dénonciation #metoo. Cela montre également que ces statistiques sont la pointe de l’iceberg et qu’en réalité elles sont beaucoup plus nombreuses que les chiffres recensés.

C’est pourquoi il faut impérativement continuer à se mobiliser etque chacun et chacune s’engage “à ne pas commettre, tolérer ni rester silencieux face à la violence envers les femmes et les filles dans notre pays”. Vous pouvez souscrire votre engagement en ligne. https://ruban-blanc.ch/rejoindre-la-campagne/

Le comité d’action Ruban Blanc

Articles recents
0