26 novembre
La violence domestique

Définition

La violence domestique comprend différentes formes de violence dont la violence psychologique, la violence physique, la violence sexuelle et la violence économique. La violence psychologique inclut toutes les menaces contre l’intégrité psychique: insultes, harcèlement, humiliations, destruction d’objets personnels, menaces. La violence physique englobe toute atteinte à l’intégrité corporelle avec l’intention de faire mal ou d’intimider. Ce sont des actes tels qu’une gifle, un coup de poing, une bousculade, une morsure, une brûlure, l’utilisation d’armes ou d’objets pour blesser. La violence domestique peut aller jusqu’à l’homicide. La violence sexuelle signifie la contrainte à être confrontée à des images, à subir ou accomplir des actes ou des contacts sexuels sans un libre consentement. La violence économique existe lorsque le partenaire interdit à l’autre de travailler, ou l’y oblige, s’approprie son argent, ne contribue pas aux besoins de la famille, etc.(1)

Chiffres en Suisse

En 2016, la police a enregistré en moyenne 47 infreactions par jour en lien avec la violence domestique (17 685 sur l’année). Une femme décède tous les 20 jours suite de la violence domestique et l’on recense une tentative de meurtre par semaine.

En 2015, 17’297 infractions de violence domestique ont été enregistrées (2014: 15’650; 2013: 16’495). Ce chiffre traduit une augmentation de 10,5% par rapport à l’année précédente. Ce changement a alors imposé la saisie de la relation entre le prévenu et le lésé pour les infractions contre la vie et l’intégrité corporelle, respectivement sexuelle. Il s’agissait le plus souvent de violence dans le couple.

 

Pourquoi la violence domestique

Parce qu’elle apparaît dans l’espace privé, la violence domestique est plus difficile à voir et à sanctionner. Pourtant, comme les chiffres le montrent, les femmes s’exposent à plus de risques dans la sphère privée que dans la sphère publique (plus d’un tiers des meurtres de femmes sont le fait de partenaires intimes).(2)

 

« La violence contre les femmes est une violation des droits humains et nous devons agir pour y mettre fin. La lutte contre les violences domestiques doit être une priorité des pouvoirs publics. Ceci via une sensibilisation des différents acteurs publics à la détection de ces dernières. De même, la prévention doit être encouragée via la diffusion de messages auprès du public à risque, jeunes adultes en tête. »

Pierre Maudet
Conseiller d’Etat
République et canton de Genève
Ambassadeur Ruban Blanc CH

Idées générales pour agir

  • Contactez le délégué aux violences domestiques ou composez le
    n° d’aide 0840 110 110  – STOP VIOLENCES à LA MAISON
  • Offrez un soutien à toute femme ou fille que vous pensez menacée –  des structures existent à cet effet
  • Visionnez/partagez le film de Solidarité Femmes «Violence conjugale: paroles de femmes»
  • Renforcez la prévention, les financements de projets dans le domaine de la violence, ainsi que la formation et le perfectionnement des groupes professionnels confrontés aux personnes touchées par la violence

Idées d’actions pour les hommes

  • N’hésitez pas à solliciter de l’aide si vous vous trouvez dans une situation où vous pourriez devenir violent
  • L’enseignement des comportements pacifiques commence à la maison. Enseignez à vos enfants à rejeter la violence
  • Participez à des ateliers de communication non violente et pacifique
  • Respectez le droit de la femme de prendre des décisions concernant son corps et sa sexualité sans discrimination
  • Créez des programmes de mobilisation, incluant les hommes et les garçons – Transformons notre pays

Références

Sources utiles

0