Activité 5
Collage d’images

Matériel:

  • 2 à 4 paires de ciseaux par groupe
  • De la colle
  • Environ 20 magazines (essayez d’avoir un grand choix de magazines populaires), un journal ou deux
  • 4 grandes feuilles de carton à dessin

Objectifs:

  • Analyser le sexisme et les stéréotypes sexuels dans les médias
  • Développer des connaissances sur les médias
  • Etudier le rapport entre sexisme et pouvoir

Description:

1. Établir les concepts (5 minutes)
Demandez aux élèves de fournir quelques exemples de stéréotypes sexuels masculins et féminins dans notre société (pas nécessairement dans les médias). Assurez-vous que les concepts soient clairs. Par exemple, les stéréotypes des rôles sexuels reflètent les intérêts, les compétences, les valeurs et les rôles que les femmes ou les hommes sont supposés avoir en commun puisqu’ils sont du même sexe.

Notez que ces stéréotypes ont une résonance sexiste, car ils donnent une définition limitée du rôle que l’on attend d’un homme ou d’une femme. De nombreuses images stéréotypées représentent des hommes appréciés pour leur pouvoir, et les femmes pour leur beauté et leur potentiel de séduction. Ne vous attardez pas sur ces concepts. Expliquez que vous allez faire des collages en utilisant des photos d’hommes et de femmes issues des médias.

Les élèves doivent rechercher des images qui illustrent les stéréotypes sexuels et le sexisme dans les médias.

2. Réaliser les collages (environ 20 minutes)
Divisez les élèves en petits groupes de travail et donnez-leur chacun des magazines/journaux et le matériel mentionné ci-dessus. Demandez-leur de commencer à feuilleter les magazines pour trouver des images ou des en-têtes considérés sexistes ou présentant des stéréotypes, et de les découper. Recherchez des images qui illustrent des hommes et des femmes ensemble. (Voir N° 3 ci-dessous). Après 10 à 15 minutes, demandez-leur de commencer à réaliser le collage.

Suggérez-leur de discuter sa réalisation. S’ils le souhaitent, ils peuvent écrire des annotations ou ajouter leurs propres dessins. Affichez-les au mur.

3. Première discussion (environ 15 minutes)
Demandez-leur de présenter leur collage. Demandez-leur en quoi certaines images sont sexistes ou stéréotypées. Encouragez-les à développer ces aspects. Ils doivent observer les détails et dire ce que cela signifie. Voici certains détails sur lesquels vous pouvez les questionner:

  • Comment les hommes et les femmes se comparent-ils en matière de poids avec des hommes et des femmes que l’on croise au quotidien? (Les femmes ont tendance à être plus minces que la moyenne et les hommes à être plus musclés.) Vous pouvez leur demander si la plupart des femmes et des hommes qu’ils connaissent affichent une telle perfection.
  • Quels types d’hommes et de femmes sont stéréotypés comme étant plus désirables? Parmi eux, y a-t-il beaucoup de personnes handicapées, d’apparence ordinaire, ou issues de minorités?
  • Comment ces personnes sont-elles photographiées ? (Notez que les femmes sont souvent photographiées avec l’objectif au niveau des yeux ou juste au-dessus, incliné vers le bas ; les hommes sont eux souvent cadrés avec un angle de bas en haut, ce qui donne l’impression d’un plus grand pouvoir.)
  • En matière de publicité, existe-t-il plus d’images d’hommes ou de femmes qui ne sont pas séduisants, c’est-à-dire des individus d’apparence plus conventionnelle? Qui, des hommes ou des femmes, sont présentés de la manière la plus séduisante?
  • Observez comment les hommes et les femmes sont photographiés ensemble. Quelle idée cela véhicule-t-il quant à l’illusion (et à la réalité) que l’on se fait du pouvoir social ? (Souvent, les femmes sont à côté des hommes ou tenues par eux. Sur plusieurs photos, les femmes regardent l’homme, tandis que l’homme regarde fixement dans l’espace ou l’objectif, signifiant ainsi que pour la femme, l’homme représente tout, tandis que pour l’homme, c’est l’univers qui compte, et non pas la femme.)

Si toutefois quelqu’un trouve que vous exagérez, soulignez que les agences publicitaires dépensent des millions de francs pour arriver à produire l’image « parfaite ». Ces séances photos sont minutieusement planifiées.

4. Jeux de rôles (10 minutes)
Si vous préférez, cette session peut faire partie de l’étape N° 3. Faites poser quelques groupes «comme les hommes sur les photos». Chacun d’eux devra mimer l’une des scènes et l’autre groupe devra deviner quelle photo ils cherchent à reproduire. Demandez à ceux qui prennent la pose d’exprimer leurs sentiments. Comment se sentent-ils?

Faites poser les autres groupes «comme les femmes sur les photos», chacune d’elles choisissant une photo à mimer. L’autre groupe devra deviner quelle photo elles veulent reproduire.

Demandez aux filles qui prennent la pose de s’exprimer. Se sentent-elles différentes? Faites-les changer de rôle et recommencez l’exercice sans les questions. Ensuite, faites-leur prendre des poses d’hommes et de femmes ensemble, en changeant les rôles encore une fois et demandez-leur ce qu’elles ressentent. (Faites attention à ne pas encourager une certaine homophobie qui pourrait se manifester durant cette activité.)

5. Deuxième discussion (10 à 15 minutes)
Peuvent-ils penser à des exemples de sexisme et de stéréotypes sexuels

  • dans les clips vidéo ?
  • à la télévision ?

Que nous dit cet exercice sur le sexisme? Les stéréotypes sexuels? Les médias?

Notes à l’intention des animateurs/animatrices:

  1. Les médias n’inventent pas ces stéréotypes à l’égard des hommes et des femmes, mais ils les encouragent et les accentuent. Par conséquent, le sexisme se répand d’autant plus dans notre société.
  2. Le sexisme à l’égard des hommes existe-t-il ? Oui, lorsque les hommes ne sont pas perçus comme bienveillants ou paternels. La forme que revêt le sexisme à l’égard des hommes est différente de celui qui touche les femmes, car les images sexistes des hommes sont relatives au pouvoir qu’ils exercent sur elles et sur les autres hommes. Chez les femmes, il a pour effet de diminuer leur pouvoir.

Les méthodes d’intervention telles que la promotion sociale ou les groupes de discussion destinés aux femmes ne constituent pas des exemples de sexisme anti-hommes. Leur but est d’essayer de redresser les déséquilibres antérieurs et d’«uniformiser les règles du jeu». Dans l’état actuel des choses, l’égalité des chances entre les hommes et les femmes n’est pas la même. La promotion sociale n’est qu’une tentative de rééquilibrage et n’a pas pour but de discriminer les hommes. Les hommes de notre génération subissent également les conséquences du sexisme passé. Tôt ou tard, les comportements devront changer. Alors pourquoi remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui?

Toutes les activités du Guide éducatif et pratique

0