Le communiqué de presse publié par la confédération le 08.09.2017 annonce la nouvelle stratégie du DFAE en termes d’égalité des sexes et des droits des femmes.

Communiqué de presse, 08.09.2017

L’engagement de la Suisse pour l’égalité des genres et la réalisation des droits des femmes gagnera à l’avenir en ampleur et en cohérence: la première stratégie sur l’égalité des genres et les droits des femmes mise en œuvre par le DFAE est un outil qui repose sur des mesures concrètes. Réaliser l’égalité des genres, c’est créer de meilleures perspectives d’avenir pour toutes et tous, dans l’intérêt de la société dans son ensemble. Avec cette stratégie de politique extérieure, la Suisse contribue ainsi également à la paix et à la sécurité, aux droits de l’homme, à un développement durable et à la prospérité dans le monde.

Malgré les progrès réalisés en matière d’égalité des genres, il demeure partout de grandes disparités entre hommes et femmes, y compris en Suisse. Les femmes et les filles sont en outre touchées disproportionnellement par les conséquences qui résultent des crises humanitaires, des conflits, de l’extrémisme violent et de l’insécurité alimentaire. Ainsi, les femmes ont plus que jamais un rôle à jouer sur les sujets prioritaires de la politique extérieure de la Suisse, à savoir la paix, la sécurité, les droits de l’homme, le développement durable et la prospérité : elles sont une force motrice du changement dans un monde en mutation.

Par sa stratégie Égalité des genres et droits des femmes, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) entend mettre en lumière son engagement de longue date ; il entend également instaurer les conditions lui permettant d’intégrer la question de l’égalité des genres dans tous ses champs d’action. Il n’est plus à démontrer que tant l’égalité des genres que l’égalité des chances profitent autant aux femmes qu’aux hommes, sans compter qu’elles sont des conditions permettant la réduction de la pauvreté, la croissance économique, et le développement durable, au bénéfice de l’ensemble de la société. Il est donc particulièrement important que la communauté internationale et partant, la Suisse, affirment leurs valeurs et mettent résolument en place les mêmes droits pour tous. L’engagement de la Suisse en faveur de ces objectifs est ancré dans la Constitution fédérale.

La stratégie du DFAE sur l’égalité des genres et les droits des femmes définit six objectifs stratégiques : s’il convient de renforcer l’autonomie des femmes sur le plan économique ainsi que leur participation à la vie politique, il faut également lutter contre toute forme de violences basée sur le genre. Les droits des femmes dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive doivent être renforcés, de même que la place centrale de l’égalité des genres et des droits des femmes constituent dans toutes les activités bilatérales et multilatérales engagées. Il importe enfin que le DFAE s’engage à réaliser l’égalité des chances entre hommes et femmes en son sein. Des mesures concrètes sont formulées pour chaque objectif de la stratégie ; elles seront dès à présent soumises à un examen régulier.

La Suisse assoit son engagement sur un profil et une expérience d’actrice politique engagée, tant dans des forums multilatéraux que dans sa politique de développement. Cultivant l’art du dialogue et la culture du compromis, elle est perçue comme une bâtisseuse de ponts sur la scène internationale. Elle réalise d’ores et déjà de nombreux projets visant à promouvoir l’égalité des genres et les droits des femmes. Ainsi, par exemple, au Bénin, elle apporte un appui à des femmes disposées à exercer un mandat politique ou à jouer un rôle dans d’autres organes décisionnels, tels que des comités de santé ou de gouvernance de l’eau au niveau local. Au Bangladesh et en Géorgie, elle a investi dans des projets ayant pour objectif de renforcer les capacités économiques des femmes en milieu rural et de réduire les obstacles auxquels font face ces dernières pour accéder au marché. En Libye, depuis 2015, elle s’engage en faveur d’un renforcement du rôle des femmes dans le dialogue politique. Elle a notamment soutenu un comité représentatif reflétant leur diversité politique, régionale et sociale, et permettant de tenir compte de leurs préoccupations spécifiques dans le processus de dialogue. Autre exemple de l’engagement du DFAE : l’application « Women’s Human Rights » (W’sHR), développée en 2013 et régulièrement mise à jour en collaboration avec le Centre suisse de compétence pour les droits humains (CSDH). Elle permet d’accéder facilement à une banque de données contenant les principaux textes internationaux en rapport avec les droits des femmes.

Pour mettre en œuvre la nouvelle stratégie, la Suisse va également s’appuyer sur le dialogue avec la société civile et chercher à intensifier ses partenariats avec le secteur privé.

Source

Articles recents
0