Les hommes ambassadeurs de la non-violence
Un ruban blanc pour contrer les violences faites aux femmes

Un rassemblement se déroulera Place de la Fusterie à Genève le 25 novembre 2013 (12h-15h), à l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination de la violence envers les femmes. Des élu.e.s, des personnalités, des citoyennes et citoyens lancent la campagne nationale Suisse 2013 « Ruban Blanc », s’engageant ainsi à faire reculer les exactions commises à l’encontre des femmes. Les hommes sont plus que jamais conviés à jouer un rôle décisif dans cette mobilisation. Cette année, la campagne réunit une quarantaine d’ambassadeurs, parmi lesquels : les Conseillers d’État Pierre Maudet, François Longchamp, Serge dal Busco, Pierre-Yves Maillard, les Conseillers administratifs: Guillaume Barazzone, Rémy Pagani, Sami Kanaan et Sepp Blatter, président de la FIFA. Le mouvement s’étendra jusqu’au 10 décembre, date de la Journée Internationale des Droits Humains. Au total, seize jours d’actions pour sensibiliser l’opinion.

Des faits, des chiffres : La violence envers les femmes demeure l’une des violations des droits humains les plus répandues. Elle cause plus de décès dans le monde que le cancer, la malaria, les accidents de la circulation et même la guerre. D’après la plate- forme d’action de Pékin (1995), elle est l’une des douze préoccupations majeures nécessitant une action immédiate. Viols, prostitution, traites des femmes, violences domestiques, harcèlements, mariages forcés, crimes d’honneur laminent les sociétés toutes cultures, confessions et appartenances sociales confondues.

La Suisse n’est pas épargnée. Derrière les drames qui secouent l’opinion publique – on pense aux meurtres d’Adeline et de Marie -, force est de constater que la violence basée sur le genre menace constamment l’équilibre social et démocratique. Dans notre pays, une femme sur cinq est victime de violences physiques et sexuelles dans le cadre d’une relation. 552 viols ont été commis en 2011. Près d’une femme sur quatre a été victime de harcèlement ou d’abus sexuel. Entre 1500 et 3000 femmes et enfants seraient victimes de la traite des êtres humains. Environ 6 700 femmes ont subi des mutilations génitales. 65,3% de femmes touchées par la violence domestique souffrent de blessures ainsi que de séquelles psychiques graves.

Une campagne nationale. Le temps est venu de dire non aux violations de l’intégrité des femmes. Nous voulons que la Suisse devienne une référence mondiale dans ce domaine. La campagne Ruban Blanc convie toutes et tous en vue afin de transformer ces normes discriminantes et causes de souffrances. Le 25 novembre sur la Place de la Fusterie à Genève, mais également en Suisse, seront distribués des milliers de pins Ruban Blanc. En portant le Ruban Blanc, des femmes et les hommes politiques, des personnalités, des citoyennes et citoyens s’engagent à devenir acteurs de ce changement afin de promouvoir des relations basées sur le respect et la dignité. La campagne s’étendra durant 16 jours avec débats, ateliers, conférences conduits par des spécialistes des comportements et de la violence. Elle s’achèvera le 10 décembre, Journée Internationale des Droits Humains.

Les ambassadeurs du Ruban Blanc. Des élus politiques, des personnalités du monde du sport, de la culture, des spécialistes des questions de criminalité ainsi que des hauts représentants de l’ONU se sont engagés en tant qu’ambassadeurs du Ruban Blanc. Parmi eux, Sepp Blatter, président de la Fédération Internationale de Football (FIFA), Daniel Rossellat, président du Paléo Festival Nyon, Marco Solari, Président du Festival du Film de Locarno, les Conseillers d’Etat Pierre Maudet, François Longchamp, Serge dal Busco, Pierre- Yves Maillard, les Conseillers nationaux Jean-René Germanier, les Conseillers Administratifs : Guillaume Barazzone, Rémy Pagani, Sami Kanaan. (Liste compète sur le site www.ruban-blanc.ch.)

Un engagement sans faille. Le ruban blanc engage celui qui le porte à ne jamais commettre d’acte de violence contre une femme, à ne pas fermer les yeux face à des actes de violence, à ne pas trouver d’excuses aux auteurs de tels actes et à ne jamais rester silencieux face aux exactions commises à l’égard des femmes.

Une histoire. La campagne Ruban Blanc s’inscrit dans une histoire récente et importante. En 1991, des hommes canadiens ont poussé leurs compatriotes à s’élever contre les violences à l’égard des femmes. Ils ont choisi le ruban blanc comme symbole. Au final, 100 000 hommes, à travers tout le pays ont porté ce symbole et ont entrepris des discussions sur le statut de la masculinité et de la violence basée sur le genre. Lancée le 14 février 2009 par la Fondation Sommet Mondial des femmes (WWSF), la campagne suisse fait partie d’un mouvement mondial composé de 55 autres campagnes nationales développant chacune divers activités liées au Ruban Blanc.

Organisateur : Ruban Blanc – Campagne suisse
C/o Bureau Fondation Sommet Mondial des Femmes/WWSF-Women’s World Summit Foundtion 11, Av. de la Paix – 1202 Genève, Suisse – Tél. bureau : 022 738 66 19

Contact presse : Elly Pradervand, WWSF directrice exécutive, Réprésentante auprès de l’ONU et Fondatrice de la Campagne Ruban Blanc suisse
Mobile: 079 47 61 784 / E-mail : contact@ruban-blanc.ch
www-ruban-blanc.ch – www.woman.ch

 

0