Le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, aussi connue sous le nom de « Journée Ruban Blanc », lancera la période phare de la Campagne Suisse – Ruban Blanc : les 16 Jours d’activisme (25 nov. – 10 déc.). A cette occasion, le Ruban Blanc invite les citoyens et citoyennes à porter un ruban blanc en signe d’engagement à « ne pas commettre, tolérer ni rester silencieux face à tout acte de violence contre les femmes et les filles ». Notre programme durant les 16 Jours (en annexe) inclut des portes ouvertes journalières, débats, ateliers de formation à la communication non violente, présentations de notre guide éducatif, débats sur la Convention d’Istanbul, entre autres.

Premières Assises Ruban Blanc. Lors des 16 Jours d’activisme se tiendra notre événement phare de l’année : les Assises Ruban Blanc, le mardi 8 décembre 2015 de 14:00 à 18:45 à la Maison des Associations, Genève. Nous convions les représentantKeKs de la presse à cette manifestation afin de mettre la lumière sur le rôle distinct de la campagne Ruban Blanc, qui sera clarifié. Les Assises ont pour but de réunir certains acteurs clés des institutions étatiques, du monde associatif et de la jeunesse autour de la persistance de la violence à l’égard des femmes, afin de faire un état des lieux (Panel I) et présenter des approches variées pour faire avancer l’élimination de cette forme de violence en Suisse d’ici 2030 (Panel II). Sept ambassadeurs Ruban Blanc Suisse, qui portent le message de la campagne, prendront part aux Assises comme orateurs et modérateurs, à savoir Messieurs JeanKMarc Richard, David Bourgoz, Philip Jaffé, Pierre Kolly, Guy Vibourel, Ricardo Espinosa et Oliver Rizzi Carlson, ainsi que Madame Esther Alder, qui ouvrira les Assises en sa qualité de Maire de Genève. Opportunité d’interview durant la pause et le cocktail. Programme complet en annexe.
Des faits, des chiffres. La violence envers les femmes et les filles demeure l’une des violations des droits humains les plus répandues. Elle cause plus de décès dans le monde que le cancer, la malaria, les accidents de la circulation et même la guerre. D’après la plateforme d’action de Pékin (1995), elle est toujours une préoccupation majeure qui nécessite une action accrue et immédiate. Viols, prostitution, traite des femmes, violences domestiques, harcèlement, mariages forcés, crimes d’honneur laminent les sociétés, toutes cultures, confessions et appartenances sociales confondues. La Suisse n’est pas épargnée. Dans notre pays, une femme sur cinq est victime de violences physiques ou sexuelles dans le cadre d’une relation. Ce chiffre doit changer.

Selon les statistiques policières de la criminalité (SPC) sur la violence domestique en 2014 : 15’650 infractions dans le cadre domestique ont été enregistrées par la police. Le nombre d’infractions a diminué de 0,8% par rapport à la moyenne des années 2009 à 2013 (119 infractions).
Groupée selon le type et la gravité (physique, sexuel, psychique), l’évolution par rapport à la moyenne des cinq dernières années est la suivante :

Recul de la violence physique grave (7,7% K 21 infractions) ainsi que de la violence physique de gravité moyenne (6,3% 490 infractions), ces infractions ont par ailleurs atteint leur plus faible niveau depuis la révision en 2009.
Augmentation de la violence sexuelle grave (+11,0%; +40 infractions) et de la violence sexuelle de gravité moyenne (+10,8% ; +30 infractions), les infractions de violence sexuelle grave ayant atteint leur plus haut niveau depuis 2009.
Hausse de la violence psychique de gravité moyenne (+4.5% ; + 319 infractions). Elle reste dans la moyenne de ces cinq dernières années.

A l’horizon 2030. La campagne Ruban Blanc n’a pas pour but de faire plus pour éliminer la violence envers les femmes ni de faire mieux. Son objectif est de faire de l’élimination de cette violence une idée dont le temps est venu, une priorité dans notre pays. Ce fléau n’est plus tolérable. Il n’est pas inévitable. Nous pouvons le prévenir. La Déclaration des ambassadeurs Ruban Blanc Suisse, publiée en 2014, a fixé l’horizon 2030 pour éliminer cette violation des droits humains. Le port du ruban blanc est le symbole de cet engagement personnel. En créant un contexte national par la mobilisation citoyenne, l’objectif du Ruban Blanc devient possible.

« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu », disait Victor Hugo

Les hommes au front. Une prévention durable doit désormais passer par la mobilisation massive des hommes qui n’exercent pas de violence, qui vivent harmonieusement avec les femmes et qui constituent la majorité en Suisse, une majorité qui a cependant encore de la peine à prendre position sur cette question cruciale. Les ambassadeurs Ruban Blanc Suisse se mettent au front pour véhiculer ce message dans toute la Suisse. Ils donnent le ton pour une tolérance zéro à l’égard de cette forme de violence. Cela résultera, nous l’espérons, en un consensus national pour faire de son élimination une priorité à tous les niveaux, qui se traduise en un plan d’action national.

Une histoire. La campagne Ruban Blanc s’inscrit dans une histoire récente et importante. En 1991, des hommes canadiens ont poussé leurs compatriotes à s’élever contre les abus à l’égard des femmes. Ils ont choisi le ruban blanc comme symbole. Au final, 100’000 hommes à travers tout le pays ont porté ce symbole et ont entrepris des discussions sur le statut de la masculinité et de la violence liée au genre. Lancée le 14 février 2009 par la Fondation Sommet Mondial des femmes (WWSF), la campagne suisse fait partie d’un mouvement mondial composé de 60 autres campagnes nationales développant chacune diverses activités liées au Ruban Blanc, qui représentent le plus grand mouvement d’hommes pour éliminer ce fléau.
Ensemble, en conjuguant les actions du pouvoir politique, de la société civile (médias inclus) et du secteur privé, nous pouvons créer une Suisse libre de toute violence basée sur le genre – une idée dont le temps est venu.
En avant, Ruban Blanc !

Organisateur :
En avant, Ruban Blanc !
Campagne Suisse – Ruban Blanc
c/o Fondation WWSF
11, Av. de la Paix – CH 1202 Genève 022 738 66 19 K contact@rubanKblanc.ch  www.rubanblanc.ch

Contacts presse :
Elly Pradervand, Membre du Comité exécutif Ruban Blanc CH, Directrice WWSF et Représentante auprès de l’ONU Tél. 022 738 66 19 – Mobile : 079 47 61 784 – contact@rubanKblanc.ch – www.ruban.blanc.ch

Daniel Fuhrer, Coordinateur de programme et Membre du Comité exécutif Ruban Blanc CH Tél. 022 738 66 19 – Mobile : 076 615 50 65

Articles recents
0